Où me trouver ?

Pour savoir où j'installe mon -modeste- étalage de bouquiniste, rdv en bas de ce blog.

dimanche 31 décembre 2017

L'Abécédaire du Japon

Puisqu'on est déjà en 2018 au Japon à l'heure où j'écris, terminons cette année de lecture avec un extrait de cet abécédaire : 
Au Japon, le Nouvel An a une importance beaucoup plus grande et constitue une véritable "coupure" dans l'année civile.


Pourquoi ? parce qu'on essaie de rembourser ses dettes avant le 31, on s'efforce de liquider les affaires en cours ; c'est aussi une période de congés, du 1er au 5, mais les préparatifs commençant on s'arrête quelques jours avant. Traditionnellement on ne fait pas la cuisine pendant les premiers jours de l'année, donc il faut préparer avant et en quantité. Mais la tradition...

samedi 30 décembre 2017

architectures

Mais Wagner a un secret, une solution moderne dont il est l'inventeur et qui permet de faire du monumental à toute vitesse : il construit ses murs en brique, un matériau modeste, plus économique et plus rapide à mettre en oeuvre, puis il habille la brique d'une fine peau de marbre ou de granit, épaisse de quelques centimètres seulement.




ps : dix bâtiments -situés en Europe- depuis La Saline d'arc-et-Senans (1775-1779) jusqu'à Phaeno (2000-2005).
Un bémol : il n'y a pas toujours de photos ou de croquis en lien avec les descriptions des bâtiments, et donc j'ai manqué de vision d'ensemble ou de détails pour les comprendre.

vendredi 29 décembre 2017

Le peuple du Japon

Ainsi que je l'ai déjà dit, le Japon fait partie de ma vie depuis ma petite enfance.

 ps : Traduction de Lola Tranec.
Pearl Buck, que je ne connaissais que de nom, était surtout pour moi liée à la Chine. Uniquement à la Chine. Erreur donc ! 
Pearl Buck a souvent résidé au Japon : enfant, soit les dernières années du 19° siècle (elle est née en 1892) lorsque ses parents prennent de courtes vacances, quittant la Chine pour l’île de Kyushu. 
Puis, en 1927, suite à l’incident de Nankin, elle trouve refuge toujours sur Kyushu. Le temps que la situation se calme, elle décide toutefois de quitter le Japon et de traverser le Pacifique vers les Etats-Unis. Elle fait des escales, depuis Nagasaki, à Kobe et Yokohama. Dans un récit pour enfants, Un jour de bonheur, elle racontera sa rencontre dans un parc de Kobe avec un vieil homme qui se propose de passer la journée avec elle et ses enfants, les promenant dans la ville, puis les conduisant à la plage.
Enfin, elle a, après 1945, effectué de nombreux et longs séjours au Japon, dont un qu’elle raconte dans Je n’oublierai jamais, récit notamment d’un tournage au Japon en 1961, une adaptation, qu’elle signa elle-même, de son livre La grande vague.

Après Hokusai


Hokusai, Shunshû Ejiri, (vers 1831-1834)
(Le coup de vent dans les rizières d'Ejiri dans la province de Suruga, actuelle préfecture de Shizuoka)





 © Max Pinckers/Magnum Photos
Max Pinckers, A Sudden Gust of Wind (after Jeff Wall and Hokusai), (2015)

ps : pas de livre. J'ai vu un court film sur Jeff Wall (arte éditions) et lorsqu'est apparu la photo faisant référence à Hokusai, j'ai fait quelques recherches pour découvrir ce - jeune - photographe belge, Max Pinckers, qui dans le cadre d’une résidence au Japon, intitulée European Eves on Japan a travaillé dans la préfecture de Saitama où cette photo a été prise.
D'où l'idée de ce montage...

dimanche 17 décembre 2017

Terre et Fondation

Nous l'avons trouvée, Janov ; nous l'avons trouvée !


fin du cycle. Qu'ont-ils trouvé ? je vous laisse la surprise !

samedi 16 décembre 2017

Fondation foudroyée

Le maire de Terminus était connu de toute la Galaxie et la Première Fondation était par conséquent la "Fondation" tout court pour toutes les planètes.


vendredi 15 décembre 2017

Seconde Fondation

Depuis cinquante ans, nous savons que la Seconde Fondation est le véritable héritière naturelles des mathématiques seldoniennes, qu'elle a par ailleurs contribué à perfectionner.





ps : le volume qui m'a le moins captivé dans ce cycle...

jeudi 14 décembre 2017

Fondation et empire

Magnifico hocha la tête et répondit à la question que Toran n'osait formuler : "je suis le Mulet".


ps : traduction de Jean Rosenthal ; complétée et harmonisée par Philippe Gindre.

mercredi 13 décembre 2017

Fondation

"Je suis Hari Seldon", dit-il, et Gaal reconnut aussitôt ce visage dont il avait tant de fois vu la photographie.





ps : traduit pat Jean Rosenthal ; complétée et harmonisée par Philippe Gindre.
C'est parti ! pour 2400 pages ! (en version poche) pour ce fameux cycle de Fondation, dont je ne lirais que les 5 parties, ce qui m'occupera un certain temps...

mardi 12 décembre 2017

Le propriétaire absent

Ailleurs plusieurs évènements malencontreux, telles ces "luttes agraires", sont récemment survenus, mais ici, dans ce village, l'association nouvellement créée doit oeuvrer très fortement, coûte que coûte, à prévenir tout évènement de la sorte.



ps : traduit par Mathieu Capel.
Une association d'entraide, soigneusement cadenassée pour que les paysans n'aillent surtout pas voir les syndicats ! 
Voici, après Le bateau-usine, un second roman de Kobayashi Takiji (1903-1933) enfin traduit. Journaliste, romancier, rattaché au mouvement de la littéraire prolétarienne.

Pour lire ma chronique de ce livre, RDV sur BULLES DE JAPON.

lundi 11 décembre 2017

Mon grand-père était Gandhi



Nous pouvons passer toute notre vie à travailler pour la paix, nous n'obtiendrons pas le moindre résultat tant que nous refuserons d'être le changement que nous voulons voir dans le monde.
 

ps : traduit par Emmanuel Plisson

jeudi 30 novembre 2017

Et le Japon devint moderne... Revue Critique

On comprend mieux aujourd'hui que le Japon a inventé sa version spécifique de la grammaire du moderne, et que c'est au prisme des autres nations qu'il a refaçonné ses héritages.





dossier coordonné par Emmanuel Lozerand, et comprenant des analyses des livres suivants : 




 

mercredi 22 novembre 2017

Sorties d'automne

Retour sur les sorties, cet automne, de livres (fiction et non-fiction ; hors secteur manga et jeunesse - désolé -) en lien avec le Japon.
Sous réserve de ce qui m'a échappé...
Bonne lecture !

~~~~~~

- J’ouvre volontairement la liste avec une femme – Kazuki Sakuraba (née en 1971) - dressant le portrait de trois générations de femmes japonaises depuis la seconde guerre mondiale. Le propos sera-t-il féministe ? Je l’espère...
La légende des Akabuchiba, aux éditions Piranha (que je ne connaissais pas) ; traduction de Jean-Louis de la Couronne.



- Littérature, dite prolétarienne, avec Takiji Kobayashi (1903-1933) qui décrit la vie des paysans exploités en Hokkaido.
Le propriétaire absent, aux éditions Amsterdam ; traduction de Mathieu Capel. Si vous n’avez pas encore lu du même auteur, Le bateau-usine (éd. Allia), faites-le svp, puis… ou avant ...



- Un polar, co-écrit, par le chef étoilé, Thierry Marx et Odile Bouhier. Entre Paris et Tokyo, cuisine, molécule, etc...
On ne meurt pas la bouche pleine, aux éditions Sang Neuf (Plon).



- Tchikan, un récit traitant du harcèlement des femmes dans les transports en commun, et tout particulièrement des très jeunes filles. Les « tchikan », ce sont ces prédateurs, les auteurs de ces agressions.
Tchikan, Emmanuel Arnaud & Kumi Sasaki, aux éditions Thierry Marchaisse.




- Manga (série en cours). Isabella Bird (1834-1904), anglaise, voyageuse, notamment au Japon à la fin des années 1870.
Isabella Bird, femme exploratrice, Taiga Sassa, aux éditions Ki-oon.














- Yazuza again. Après Tokyo vice (éd. Marchialy), Jake Adelstein poursuit le portrait de la mafia japonaise.
Le dernier des yakuzas, aux éditions Marchialy ; traduction (de l’anglais) de Cyril Gay.














- Polar. An 64 du règne de l’empereur Shôwa (1926-1989) soit 1988.
Six-quatre, Hideo Yokoyama, aux éditions Liana Levi. traduction de Jacques Lalloz.













- Enfin, chez Picquier, évidemment.
Etre femme en Asie, Anne Garrigue.










L'Art de la consolation, Koike Ryûnosuke. traduction de Myriam Dartois-Ako.

~~~~~~~
puisqu'il est question d'automne :

Sh˚teika - In an Autumn Garden (1973) / Toru Takemitsu

 

dimanche 19 novembre 2017

Poisons


J'ai, pour ma part, des souvenirs de café qui sont de plein pied avec mes cauchemars, et il n'est pas d'insomnie qui ne jette sur le bord de mon lit des bribes de conversation entendues au Wepler, au Glacier de Rennes, au café des Sports, d'Argenton sur Creuse, chez Victor à la Bastille, chez Charlot à Lyon, dans un Dupont, chez Flore, ou le long de quelque zinc qui joue un si beau rôle de miroir aux alouettes devant tous ceux qui s'accoudent et songent.

ps : illustrations de Eisabeth-Mary Burgin.
Edité en 1946, et réédité par Le Temps qu'il fait en 1992. 
 

mercredi 15 novembre 2017

Un ver dans le fruit



La mer aux arbres morts


Les arbres poussés sur les pentes bordant la mer perdaient tous leurs feuilles, se tordaient troncs et branches sous les claques incessantes du vent du large, offrant une illusion criante d'arbres morts.



ps : traduit par Jacques Lalloz et Yasusuke Oura

jeudi 9 novembre 2017

Le loup des mers

.
Une planche originale trouvée sur le net...



libre adaptation du roman de Jack London

lundi 6 novembre 2017

Rose Hip Zero




ps : traduction de Vincent Zouzoulkovsky.
5 volumes chez Pika.

Chez Borges


Borges adorait la conversation et, aux repas, il choisissait ce qu'il appelait des mets discrets, riz blanc ou pâtes, afin que le manger ne le distraie pas de la discussion.





ps : traduit de l'anglais par Christine Le Boeuf

mardi 31 octobre 2017

Gomorra


L'éthique est le frein des perdants, la protection des vaincus, la justification morale de ceux qui n'ont pas su tout miser et tour rafler.


ps: traduit par Vincent Raynaud

lundi 30 octobre 2017

Sans titre de noblesse


Exemple : il ne pouvait pas dormir dans des draps brodés (aux armes des De La Touche !), ça le grattait !



dimanche 29 octobre 2017

Les trente-six vues du Mont Fuji Hokusai



co-éditions Seuil/BNF.
Ce qui m'a peut-être le plus surpris ce sont des effets de cadre/cadrage (?) employés par Hokusai : exemple avec ce tonneau.


jeudi 26 octobre 2017

La photographie japonaise sous l'ère Meiji (1868-1912)


De même que l'Occident a été surpris par la rapidité du développement de la Chine à la fin du XX° siècle, après avoir présenté ce pays pendant des décennies comme "immobile", de même, la vision du Japon au milieu du XIX° siècle est celle d'un pays figé, impression renforcée par les premières photographies de ce pays présentées dès les années 1860.


mardi 24 octobre 2017

Mémoires d'une geisha


En 1912, lorsque Kinu devint geisha en titre, il y avait des zashiki dès le 1er de l'an, que l'on surnommait "première fleur" ou tout simplement "premier zashiki".



 ps : traduit par Karine Chesneau.
Le zashiki est un banquet auquel on convie les geishas.
 

lundi 9 octobre 2017

Mon journal de geisha



Lors de mes débuts de maiko, j'étais terrifiée par les sempai : elles n'arrêtaient pas de me rappeler à l'ordre, et j'avais l'impression de faire tout de travers.


ps : traduit de l'anglais par Ariel Marinie.
Maiko = statut d'apprentie geisha.
L'apprentissage se passe à Kyoto où les geisha sont appelées geiko.

dimanche 8 octobre 2017

Le ruban


J'ai tendu un doigt, et Suehiro a quitté la main de Rikusuke pour venir s'y poser.


ps : traduit par Myriam Dartois-Ako.
Suehiro, Ruban, Citron, Banana, Sûbô. Noms d'oiseaux.
Puisqu'il en est question dans chacune des histoires qui composent ce livre.

vendredi 6 octobre 2017

La musique de Marie




deux volumes pubmiés aux éditions Casterman, collection Sakka, en 2004.
ps : traduit par Marie-Saskia Raynal et Naomiki Sato