Où me trouver ?

Pour savoir où j'installe mon -modeste- étalage de bouquiniste, rdv en bas de ce blog.

mercredi 18 avril 2018

Du sang sur la glace

C'est ce à quoi je réfléchissais quand le Danois et moi sortîmes de l'église et pénétrâmes dans cet air d'hiver humide et froid qui, jusqu'à ce que la glace se dépose sur le fjord, a un goût de sel marin.


ps : traduit par Céline Romand-Monnier

Karnak Café

Je devins membre à part entière de la tribu du Karnak et en partageai le quotidien le plus intime.


ps : traduit par France Meyer

mardi 17 avril 2018

La maladie de la mort


Elle dit  : encore deux nuits payées, ça va finir.


 

Le chat, son maître et ses deux maîtresses

Ici il est temps de se pencher sur les raisons qui avaient poussé Shinako à envoyer, au sujet de la chatte, une lettre bienveillante à Fukuko, ou à insister lourdement par l'intermédiaire de Tsukamoto, et pour être franc, il y avait bien là-dessous quelque méchanceté et l'intention de jouer un tour, qui se mêlaient à l'espoir, même faible, de recevoir une visite de Shôzô, appâté par Lily ; mais plutôt que des choses aussi immédiates, c'était dans un futur beaucoup, beaucoup plus lointain - au plus tôt dans six mois, au plus tard dans un an ou deux, qu'elle avait prévu que Shôzô et Fukuko ne pourraient continuer de s'entendre.


 ps : quatre nouvelles composent ce livre ; Le chat, son maître et ses deux maîtresses (la plus longue, et dont extraite la citation. Traduction de Cécile Sakai)) ; Le petit royaume ; Le professeur Radô ; Le professeur Radô revisité.
Ne manque dans cette citation que le personnage de la mère de Shôzo, puisque le chat Lily, le maître Shozô et les deux maîtresses, Shinako, l'ex-femme, et Fukuko, l'actuelle. La mère a aussi, je trouve, son importance.
Trop de circonvolution à mon goût dans cette histoire, et pas assez de perversité...