Chaque jour, ou presque, une phrase extraite du dernier livre, ou presque, que j'ai lu ; parmi ces livres, essentiellement de la littérature "étrangère" (non anglo-saxonne), et tout particulièrement de la Littérature Japonaise.

mardi 6 janvier 2015



Enfin, nous étions devenus des légumes : elle voulait que nous n'ayons d'autre désir, d'autre intérêt au monde que celui de ne vivre que de la lumière d'un soleil nommé Mitsuko, elle nous interdisait de chercher notre bonheur ailleurs : quand nous refusions le somnifère, elle pleurait de rage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire