Chaque jour, ou presque, une phrase extraite du dernier livre, ou presque, que j'ai lu ; parmi ces livres, essentiellement de la littérature "étrangère" (non anglo-saxonne), et tout particulièrement de la Littérature Japonaise.

mercredi 24 février 2016


Rien ne bougeait sur son visage lisse mais Fukada sentit qu'il fallait mieux obéir et vite.


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire