lundi 20 juin 2016

Les cahiers de Justo Garcia


Je crois qu'aucun de nous, les rescapés de la 45° compagnie de la 31° division du 10° corps de l'armée, n'avait jamais rien vu de semblable, et je crois aussi que c'est là, devant ce spectacle, que nous avons pris pleinement conscience de l'ampleur de notre propre débâcle : en assistant à la débâcle des autres.



ps : la déroute des républicains, la débâcle, et pour le Justo Garcia dont on lit les carnets, la fuite vers la France, le camp à Saint-Cyprien, la maladie, la débrouille, et enfin le départ - l'exil - vers le Mexique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire