mardi 30 avril 2013



Teresa sanglotait, effondrée sur la table au bout de laquelle Suzana la contemplait, assise sans un mot, les bras croisés sur sa poitrine plate, le nez plus effilé que jamais, coupant : un tesson de bouteille.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire