Chaque jour, ou presque, une phrase extraite du dernier livre, ou presque, que j'ai lu ; parmi ces livres, essentiellement de la littérature "étrangère" (non anglo-saxonne), et tout particulièrement de la Littérature Japonaise.

vendredi 29 avril 2016

Rébellion et désobéissance, la Coopérative intégrale catalane


Leur but : se passer progressivement de l'euro, des banques, et prouver que "nous pouvons vivre sans capitalisme".





ps 1 : et sans Etat.
Soit deux bonnes raisons pour lire ce livre.
La citation, dans la citation, est extraite de l'"Appel pour la révolution intégrale".

ps 2 : fruit d'un reportage effectué pendant plusieurs mois en Catalogne, voici un ouvrage très très stimulant. 
Nuance toutefois, car comme l'explique bien Emmanuel Daniel, ce modèle est difficilement exportable - en France - tant la Catalogne et l'Espagne ont des particularités économiques, fiscales, sociales, culturelles propres.
Il nous faudra donc trouver d'autres moyens que la CIC pour avoir des résultats similaires.

ps 3 : je viens de découvrir les éditions Ateliers Henry Dougier, tout juste créées il y a deux ans, et leur catalogue est très intéressant !

jeudi 28 avril 2016

La conspiration des parasols



Moutsouko, pour l'instant, entreprit de rattraper le cortège du daïmyo qui rentrait dans son fief en suivant la route de la mer.


ps : livre édité en 1972, dans ma collection Bibliothèque de  l'amitié des éditions Rageot, collection destinée aux adolescent-es.
L'histoire se déroule au XVII°, au début du shogunat des Tokugawa, et précisément sous Tokugawa Iemitsu. Moutsouko est un jeune ado qui se trouve embarqué chez des conspirateurs qui souhaitent rétablir l'empereur et la régence qui le sert.

mercredi 27 avril 2016

Des femmes respectables


Il ne m'a pas été possible, dans cet ouvrage de rendre sensibles la chaleur, l'humour et l'acuité des femmes étudiées, de rendre compte avec précision de l'intensité de cette expérience de recherche, de donner à entendre des conversations formidables et les confidences partagées, de donner à voir les dilemmes épineux, la camaraderie et les moments forts et douloureux qui ont ponctué l'élaboration de ce travail.


ps : dans ces mots de conclusion Beverly Skeggs rend un bel hommage aux femmes qu'elle a suivies pendant de longues années et qui font l'objet de cet ouvrage.
C'est mon appartenance à un groupe de travail qui m'a conduit à lire cette étude : ça n'a pas toujours été une lecture facile - ce n'est pas le genre d'ouvrage que je lis en général - mais ce fut très intéressant : cette sociologue anglaise cherche à ré-introduite au sein des études féministes, le concept de classes sociales et de lutte des classes ; ces études ne peuvent ni ne doivent concernées que les femmes "blanches" et "des classes moyennes et supérieures"...

mardi 26 avril 2016

Quand le Japon s'ouvrit au monde


Arrivés à la fin du mois d'août 1876, Régamey et Guimet descendant au Grand Hôtel de Yokohama, visitent cette ville nouvelle pour étrangers, puis profitent de la première ligne de chemin de fer inaugurée quatre ans auparavant pour faire des visites à Tokyo.





ps : ce livre a été réédité et augmentée, sous une autre couverture et avec en sous-titre : Emile Guimet et les arts d'Asie.

lundi 25 avril 2016

Trois fermiers s'en vont au bal


Comme alors les fresques de Rivera, une année passée en conjectures, recherches et atermoiements - une année qui m'avait entraîné dans cette tempête de neige - m'avait préparé au choc, et le récit personnel de Mme Schreck renforçait encore la puissance du cliché de Sander.

ps : Après R. Bolano, Richard Powers, que du temps où je lisais Chronic'art - en revue parce qu'aujourd'hui je vais de temps en temps sur leur site - j'avais retenu. Trouver un de ses ouvrages en livre d'occasion est assez rare : j'ai donc sauté sur ... le livre lors de ma dernière échappée à Emmaus...
Je ne suis pas allé à la recherche de ce qui avait été écrit à l'époque de sa sortie, mais ce roman est vraiment impressionnant (ambition, roman choral, correspondance, essai sur la photo, réflexion sur l'histoire )


vendredi 15 avril 2016

Monstrueux


Selon lui, le jour où il l'avait assassiné, Yuriko lui avait dit : "Tu as un beau visage."


ps : l'éditeur a choisi de traduire la version anglaise du livre...
Sans doute y a-t-il plus de traductrices-teurs de l'anglais que du japonais, mais est-ce une raison suffisante ?
Passons...
De même, pourquoi classer ce livre en collection thriller ?

lundi 4 avril 2016

Les détectives sauvages


De la notice nécrologique de Pepe Avellaneda que le journal de Nogales avait publiée en son temps, il ne me reste que l'image de Cesarea Tinajero qui chemine sur une route triste du désert la main la main de son petit torero, un petit torero qui, de plus, se bat pour ne pas continuer à rapetisser, et qui en effet, peu à peu grandit, jusqu'à atteindre un mètre soixante, mettons par exemple, et qui ensuite disparaît.




ps : il y a fort longtemps lorsque je lisais Chronicart, on y disait le plus grand bien de cet écrivain d'origine chilienne, mais je n'avais pas encore eu l'occasion de le lire.
C'est chose faite, et c'est une Claque !
Ce roman est une traversée (du temps, du Mexique) et il fallait bien plus de neuf cent pages pour cela, un récit impressionnant, polyphonique, où tout ces personnages essayent - tout simplement si l'on peut dire - de vivre...

dimanche 3 avril 2016

Rires du Japon


La mythologie japonaise qui donne naissance aux cultes shintô primitifs est peuplée de kamis, esprits divins qui aiment le rire et la vie.



ps :  j'ai été étonné de l'absence de bibliographie en fin de volume...
Mais c'est du beau travail d'éditeur avec la nombreuse iconographie qui illustre le livre.

samedi 2 avril 2016


Après le coup de téléphone au chef Ma, Dui et Tête en Fonte avaient acheté quelques bouteilles de bière de Qingdao, deux ou trois trucs à bouffer et ils avaient sauté dans la bagnole.