Chaque jour, ou presque, une phrase extraite du dernier livre que j'ai lu ; parmi ces livres, essentiellement de la littérature "étrangère" (non anglo-saxonne), et tout particulièrement de la Littérature Japonaise.

dimanche 31 janvier 2016


"Tiens - Fräulein Evers !" : anodin, vieux copain (et tremblant terriblement) ; la main par-dessus la barrière dit : "Käthe !"



ps : pas facile de trouver dans les caisses de bouquiniste un livre d'Arno Schmidt. Voici chose faite, et la lecture fut plaisante et étonnante : c'est ce que j'appelle (peut-être à tort) de l'écriture "expérimentale". Les éditeurs placent à juste titre en quatrième de couverture un propos de J.-P. Manchette louant, "passé les quatre ou cinq premières minutes de surprise, la formidable limpidité" du texte.

mercredi 27 janvier 2016


Le lendemain étant un samedi, après les cours du matin, Mamoru se rendit directement du lycée à l'hypermarché Laurel de Jôtô, en face de la gare, deux stations plus loin.



ps : j'ai gardé un trsè bon souvenir de La librairie Tanabe, et là je me suis régalé : personnages, intrigue, narration ... on n'a pas envie d'en sortir.

dimanche 24 janvier 2016


Sans le P. 08 de Yamato, il était mort, lui aussi.



ps : la CIA alliée avec les Yakuzas pour arrêter des terrosristes d'extrême-gauche. Le premier SAS que je lis ?, car je n'ai pas souvenir qu'ado j'ai pu en lire. Le programme est respecté : enquête, violence (surtout), sexe, mais c'est plaisant à lire, haletant.
Par contre, l'auteur n'est pas toujours tendre avec la culture japonaise et avec les japonais eux-mêmes, mais il avait cette réputation de racisme...
Le livre date de 1975.

samedi 23 janvier 2016


A l'instant où l'homme lui avait dit : "Et toi ?", elle avait décidé comme par réflexe que le combat de l'arène entre les deux taureaux allai trancher ce long et cruel dilemme : devait-elle ou non quitter Tsugami ?



ps : ce recueil comprend cinq nouvelles choisies par Inoué Yasushi dans son oeuvre, et s'étalant de 1949 pour Tôgyû (Combat de taureaux) à 1961 pour Kobandai (Le pic de Kobandai).

Mount Bandai (www.japan-guide.com)

jeudi 21 janvier 2016


Les rigueurs de l'hiver n'épargnaient pas le quartier populaire de Jonan, et dès les premiers froids, l'agent de police Shibata était un homme fort occupé.



ps : un régal que ces huit nouvelles où le crime est un jeu qui échappe parfois à celui qui croit le mener...

mardi 19 janvier 2016


On retrouva le corps dans les eaux salées du port marchand, et, malgré la surveillance des policiers, la tête fut posée à l'entrée du parking de la gare de Minami-senju.



 

lundi 18 janvier 2016



Avec la légende d'une Rosa Parks décrite comme un petit être vertueux et distingué dont les pieds douloureux ont motivé le refus de se lever, les rôles peuvent se redistribuer selon les genres, ce ne sont plus des femmes qui se défendent elles-mêmes, ce sont des hommes, forcément forts, qui protègent des femmes, forcément faibles.



ps : un livre très intéressant qui redonne à Claudette Colvin et à Jo Ann Gibson Robinson, leurs légitimes places dans le combat contre le racisme et l'abolition de la ségragation, et qui - cette citation ci-dessus pour l'illustrer - apporte sa lecture féministe de ce combat que les hommes voudraient avoir mener seuls et bien sûr diriger...

dimanche 17 janvier 2016


Juste troublés et séduits par les fleurs de cerisier, il n'y avait entre eux rien de l'attraction brutale de la sexualité, seulement une nostalgie transparente qui, en passant par l'émotion dense de Tomokop, trouvait Shingo sur son chemin.



jeudi 14 janvier 2016


Il passa toute la saison des pluies à ruminer sa triste condition de lecteur sans livre, se sentant pour la première fois de sa vie assiégée par la bête nommée solitude.



mercredi 13 janvier 2016


C'est sur l'un de ses appareils, baptisé Le Robuste, que Marceau visionne, en 1898, le premier western de l'histoire du cinématographe : Cripple Creek Bar-Room.



ps : que fait ce livre dans la collection Série noire ??

lundi 11 janvier 2016


Comme le laissa échapper, au cours de son procès, Tojo - le principal criminel de guerre jugé par le TMIEO - Hiro-Hito était en dernier ressort l'arbitre de la situation,  car "nul sujet japonais n'irait à l'encontre de la volonté de Sa Majesté".


ps : L'auteur démontre dans cet ouvrage très intéressant et très (trop parfois ? sa thèse est claire, et tant de preuves allongent le texte...) documenté que l'empereur n'était nullement passif et a bien acté les décisions qui ont entraîne le Japon vers l'irréparable...
L'ouvrage est à 90 % consacré à la période 1901 - 1945, puisqu'après la guerre et l'adoption d'une nouvelle constitution, le Japon devenant une démocratie parlementaire, l'empereur, selon le modèle britannique, n'a plus que des pouvoirs cérémoniaux.
C'est donc, certes, une biographie mais elle s'attache essentiellement à l'exercice du pouvoir d'Hiro-Hito.
 

vendredi 8 janvier 2016


A quoi sert la révolution si elle ne doit pas rendre les hommes meilleurs ?




Quoi de mieux pour débuter une année ?