lundi 29 novembre 2010


Je suis si paresseux, je préfère flâner : les places vides, la fontaine, les tilleuls, les arcades et, dans une description méthodique intérieure, m'intégrer à mon propre rêve.

dimanche 28 novembre 2010


Bracke déglutit d'émotion et passa de la colère à la stupéfaction, chronométré à 147,63 km/h par un radar de la police.


vendredi 26 novembre 2010


Un jour, elle débrancha son magnétoscope et sa cafetière électrique et dissimula son réveil dans le tiroir de la table de nuit.

jeudi 25 novembre 2010


A vrai dire, le bon Baldini prit son temps pour tenir sa promesse :
dans sa bonté, il y mit trois ans.



mardi 23 novembre 2010


Les voitures zigzaguent sur des triangles, pluie, boue, chutes de betteraves : dans les champs, à perte de vue, pas un arbre pour pisser ou graver le nom d'une amoureuse.


lundi 22 novembre 2010



Le matin, parfois, il se demandait qui
leur beurrait des tartines.


jeudi 18 novembre 2010



Hélène et sa famille me font l'effet de vin de dessert, muscat ou frontignan doré que mon palais habitué au vieux bourgogne ne sait plus goûter.


mercredi 17 novembre 2010



Elle parlait doucement, n'élevait pas la voix, quand elle parlait
c'était comme si le silence continuait



mardi 16 novembre 2010


L'idée révolutionnaire indisposait légèrement Martin, qui se contentait facilement de la perspective du "progrès".


lundi 15 novembre 2010



Jodelle monta quatre à quatre,
il méprisait la lenteur des marches.


dimanche 14 novembre 2010


Elle entendit alors une sorte de :

- grouyimff... ,

bruit sans identité
provenant du fond du couloir


samedi 13 novembre 2010


Il y avait un cheval sellé sans cavalier qui broutait l'herbe entre ses jambes et qui, quand un soldat s'approchait pour tenter de saisir sa bride, relevait la tête et prenait un petit trot méprisant comme s'il souhaitait qu'on le tienne en marge de cette histoire.



jeudi 11 novembre 2010


devant la baignoire pendait un rideau où dansaient sans nous regarder quelques coquillages roses



mercredi 10 novembre 2010

L'homme avait posé sa main sur la poitrine de la jeune femme.
Le ventre de celle-ci était humide de moiteur et de semence.
Ils s'étaient aimés.

mardi 9 novembre 2010